Gâteau au chocolat et amande (sans gluten) : l’indispensable petite robe noire en matière de gâteau


Dans une garde-robe féminine, la petite robe noire est une pièce indispensable. Simple, sobre, élégante, flatteuse pour la silhouette, elle est adéquate dans (quasi) toutes les situations. Et bien, voyez-vous, je range le gâteau au chocolat du jour dans la même catégorie : un basic à avoir absolument dans son répertoire de recettes. Simple, élégant, inratable et surtout super bon : il plaît à toutes les générations et colle à toutes les occasions. C’est notre grande sœur (pas Lil, ni Ségo, la troisième que vous ne connaissez pas!) qui m’a transmis la recette, qui elle-même l’a reçue de sa belle-sœur, qui l’a reçue de sa belle-sœur, qui l’a reçue de je ne sais qui… Bref, une recette qui a beaucoup voyagé et ça, c’est très très bon signe ! Voilà qui reflète son caractère indispensable qui te fait dire aussitôt que tu croques dedans ,,il me faut la recette de ce gâteau’’ !

Enfin, il présente un énorme avantage : il ne contient pas de farine et donc si on fait attention à choisir une poudre à lever garantie sans gluten, on dispose d’un gâteau sans gluten qui ravira vos potes coeliaques ! Que du bon ce gâteau, je vous le dis !

Recette pour un moule à manqué* de 24 cm de diamètre

IngrédientsGâteau chocolat amande (sans gluten)

Glaçage au chocolat

Marche à suivre

  1. Préchauffer le four à 180°.
  2. A l’aide d’un fouet, réduire le beurre en pommade. Ajouter le sucre et mélanger.
  3. Séparer les jaunes des blancs d’œufs. Ajouter les jaunes au mélange beurre/sucre, travailler au fouet.
  4. Concasser le chocolat puis le faire fondre (bain-marie ou tout doucement au micro-ondes). Ajouter le chocolat fondu au mélange beurre/sucre/jaunes d’oeufs, bien mélanger pour homogénéiser la pâte puis laisser reposer.
  5. Battre les blancs en neige avec une pincée de sel, la poudre à lever et 1 cs de sucre.
  6. Incorporer délicatement les blancs en neige au mélange en alternant avec la poudre d’amandes : verser un peu de blancs en neige, un peu de poudre d’amandes et mélanger délicatement, procéder ainsi en 3-4 fois jusqu’à l’obtention d’un appareil homogène mais aéré.
  7. Beurrer le moule puis y verser la préparation. Glisser dans la partie inférieure du four et laisser cuire 50 min. Puis, éteindre le four, entrouvrir la porte et laisser le gâteau dedans 5min puis ouvrir la porte entièrement et laisser encore 5 min.
  8. Sortir du four et laisser le gâteau refroidir à température ambiante.
  9. Quand le gâteau est entièrement refroidi, démouler délicatement le gâteau.
  10.  Variante avec glaçage : Retourner le gâteau (le dessous devint le dessus !). Faire fondre le chocolat et le beurre, mélanger puis étaler le glaçage sur l’envers du  gâteau à l’aide d’une spatule. Laisser reposer au minimum 1h. Décorer à loisir avec chocolat blanc fondu, smarties etc

* Un moule à charnière c’est le top si vous avez ça dans vos placards!




Brownies intensément chocolatés, glaçage au beurre de cacahuète et fleur de sel


Depuis la toute première fois où j’ai feuilleté le magnifique livre Date Night In de Ashley Rodriguez (auteure du blog Notwithoutsalt.com), je suis tombée raide dingue de ses Bittersweet brownies with salted peanut butter frosting, rien qu’en les voyant. Visuellement, ils sont super beaux. J’adore le côté vintage et romantique du glaçage étalé de manière irrégulière… et puis le contraste entre le brun foncé un peu rustique du chocolat et le beige tout doux du glaçage est saisissant. Gustativement, c’est de la pure tuerie! Déjà, pour tout amateur de chocolat, les brownies c’est trop bon. Mais alors quand on y ajoute un glaçage au beurre de cacahuète et à la fleur de sel, c’est la cerise sur le gâteau voire the icing on the cake! Ahah la métaphore est ici on ne peut plus contextualisée! C’est croquant mais fondant, sucré mais légèrement salé, doux et un peu amer à la fois. En goûtant à ces brownies, on se dit que si un seul petit carré de gâteau peut remettre en question la représentation qu’on se fait de la pâtisserie, c’est qu’alors tout doit être possible… et qu’il suffit peut-être de peu pour bousculer l’ordre établi des choses qui bien souvent nous pèse.

Assez de grandes réflexions, passons aux choses sérieuses ! Que ce soit clair, ces brownies ne constituent pas le dessert idéal d’un repas en petit comité… Non, il est bien trop riche et intense en goût pour être servi en portion généreuse. Un seul carré suffira à combler l’inévitable envie de sucré après un bon repas. C’est le gâteau idéal à partager et donc à apporter pour un buffet de dessert, un pique-nique, un goûter ou une fête.

Enfin, un dernier mot sur la méthode adoptée par Ashley : afin d’intensifier davantage le goût du brownie et lui donner une petite touche caramélisée, elle commence par faire un beurre noisette. Un beurre quoi ??! Pas de panique, c’est très simple, vous verrez. Mais si cela vous effraie ou vous tente moyennement, vous pouvez tout à fait sauter cette étape et simplement faire fondre le beurre sans attendre sa coloration.

Recette pour un moule carré d’env. 24x24cm / 12 à 16 pièces

IngrédientsBrownies intensément chocolatés, glaçage au beurre de cacahuète et fleur de sel

Pour les brownies

Pour le glaçage

Pour la finition

¼ à ½ cc de fleur de sel (selon goût)

Marche à suivre

  1. Huiler légèrement le moule à gâteau. Recouvrir le moule de papier sulfurisé en veillant à ce que le papier dépasse des bords de quelques centimètres. Préchauffer le four à 170°.
  2. Couper le beurre en morceaux, mettre dans une casserole sur feu moyen fort et laisser fondre en remuant. Quand des bulles se forment à la surface, arrêter de remuer et laisser caraméliser. Dès que le beurre a pris une jolie teinte caramel (regarder souvent à l’aide d’une spatule le fond de la casserole caché sous les bulles pour vérifier), retirer immédiatement du feu et verser dans un bol de taille moyenne. Attention, un beurre noisette peut devenir très vite un beurre noir qu’il faudra jeter ! Surveiller le beurre de près. Au total, cela va prendre 3-4 min.
  3. Concasser grossièrement le chocolat. Verser le chocolat dans le beurre, laisser reposer 1 min pour qu’il fonde puis mélanger. Ajouter le sucre et l’extrait de vanille tant que le mélange est encore assez chaud. Ajouter le sel puis incorporer les œufs un à un en fouettant délicatement jusqu’à ce que le mélange soit homogène/lisse.
  4. Mélanger la farine et la poudre de cacao et tamiser au-dessus du mélange. Mélanger le tout à la spatule.
  5. Verser l’appareil dans le moule à gâteau et glisser au milieu du four. Laisser cuire 30 à 35 min, selon votre four. La cuisson est idéale quand les coins du brownie se sont décollés du moule et qu’un cure-dent piqué au milieu du brownie ressort pratiquement propre avec juste quelques miettes humides. Sortir du four et laisser refroidir dans le moule.
  6. Une fois que le brownie est complètement refroidi, démouler le gâteau en vous aidant des chutes de papier de cuisson.
  7. Préparer le glaçage: à l’aide d’un batteur électrique, mixer le beurre et le beurre de cacahuète. Passer le sucre glace au tamis pour être sûr qu’il n’y a pas de grumeau puis verser le sucre dans le bol à mixeur. Mixer jusqu’à ce que le mélange soit parfaitement homogène. Glacer le brownie et saupoudrer de fleur de sel. Oui de fleur de sel, c’est étrange mais à ne louper sous aucun prétexte, c’est la touche finale qui change tout !
  8. Découper en carrés et arranger sur un plat de service. Les brownies se conservent jusqu’à 3-4 jours dans une boîte hermétique.

Astuce

Pour une découpe parfaite, je vous conseille de mettre les brownies au frigo une trentaine de minutes puis de les découper à l’aide d’un couteau bien tranchant que vous nettoierez régulièrement pour qu’il n’attache pas trop. Laisser tiédir à température ambiante une quinzaine de minutes avant dégustation.

Brownies intensément chocolatés, glaçage au beurre de cacahuète et fleur de sel

 

Adapté de la recette Bittersweet brownies with salted peanut butter frosting, Date night in – More than 120 recipes to nourish your relationship, Ashley Rodriguez, p.166-167.

Il y a 2 ans, Lil avait proposé une variante cupcake de l’irrésistible mélange chocolat/beurre de cacahuète. Retrouver sa recette ici.




Crumble pommes-framboises : le dessert miraculeux


L’autre soir, mon reste de soupe à réchauffer était un peu maigre pour nous 3 et quasi plus de pain à l’horizon. Un dessert devenait donc indispensable. Mais pas assez de pommes pour faire une tarte, quelle galère ! Et là, moment intense de réflexion, puis oh illumination ! 2 pommes, un paquet de framboises au congél, pourquoi ne pas faire un crumble ?! Honnêtement, c’était tellement facile à faire et tellement bon, que je l’ai déjà refait 2 fois depuis. C’est le genre de dessert que j’adore : fruité, sucré, acidulé, croustillant, moelleux, juteux et last but not least : pas prise de tête ! Au fond, la vie entière devrait être comme cela.

Recette pour 4-5 personnes
Ingrédients

Crumble pommes framboises

Pâte à crumble

Marche à suivre

  1. Préchauffer le four à 180°.
  2. Eplucher et épépiner les pommes. Couper les pommes en 4 puis en lamelles.
  3. Répartir les pommes dans le fond d’un plat à gratin de taille moyenne. Saupoudrer d’une cuillère à café de sucre. Répartir les framboises encore congelées par-dessus et saupoudrer de l’autre cuillérée de sucre.
  4. Préparer votre pâte à crumble : mélanger tous les ingrédients puis les travailler du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’une pâte grumeleuse. On a dit pas prise de tête, donc pas besoin que les ,,miettes’’ soient uniformes, au contraire !
  5. Verser la pâte sur les fruits puis enfourner une trentaine de minutes, jusqu’à ce que le crumble soit joliment doré.

Enfin, 2 solutions s’offrent à vous : soit vous vous arrêtez là (et c’est déjà bien suffisant pour être heureux) ou alors vous faites la totale et vous servez le crumble encore tiède avec un nuage de crème fouettée ou une boule de glace vanille. Et là, miracle…!

* Oui vous avez bien lu, surgelées. Je n’aurais pas osé l’affront des framboises fraîches en plein hiver, tout de même. Et surtout, pas besoin de les dégeler avant la cuisson, le jus des framboises va se déverser sur les pommes et contribue à la réussite du plat !




Petits choux, gougères et compagnie...


gougèresSi on me demandait de mentionner mes plus beaux souvenirs d’enfance, celui-ci en ferait partie: la fabrication des petits choux. J’adore la pâte crue, j’adore façonner les petites boules à l’aide d’une cuillère et de mon index et ensuite lécher la spatule et le fond de la casserole… Bref, malgré les années qui passent, j’aime toujours autant! En plus, c’est magique de voir comme les choux gonflent. Un vrai tour d’alchimiste! Ca demande un peu de biceps pour bien mélanger la pâte mais à part ça, ce n’est pas sorcier si on suit bien la recette et le résultat est très satisfaisant! Une fois les choux cuits, on peut les décliner version sucrée ou salée en fonction de ses envies: à la crème, au chocolat, au saumon fumé, au fromage frais aux herbes, au jambon et moutarde… On peut également incorporer à la pâte du fromage râpé. Et alors cela devient une gougère, un amuse-bouche idéal et original pour l’apéritif car il se prépare à l’avance et se réchauffe à la dernière minute. C’est précisément la recette de la gougère que je vous dévoile ici.

Pour des petits choux sucrés, je vous renvoie à la recette de Ségo: une histoire de petits choux. D’ailleurs, vous verrez que nous avons un souvenir très semblable en relisant son introduction… Ah les souvenirs familiaux…

Recette pour une trentaine de gougères

Ingrédients

Marche à suivregougères avant cuisson

  1. Mettre l’eau, le beurre et le sel dans une casserole sur le feu. Porter à ébullition.
  2. Retirer du feu et verser la farine en une seule fois. Mélanger rapidement à la spatule en bois en prenant soin de ne pas laisser de grumeaux. On obtient une pâte appelée « panade« .
  3. Remettre sur le feu. Faire sécher la panade en remuant continuellement avec la spatule en bois, jusqu’à ce qu’elle se détache des parois de la casserole et qu’elle forme une boule souple. Retirer du feu. Attention, il faut bien faire sécher la panade avant d’y ajouter les œufs sinon la pâte ne prendra pas!
  4. Incorporer les œufs 1 à 1, sans cesser de travailler énergiquement entre chaque oeuf, à la spatule en bois si vous faites le mélange manuellement, sinon à petite vitesse si vous utilisez un batteur électrique. Au début, l’œuf a du mal à s’incorporer, mais petit à petit celui-ci se mélange parfaitement bien à la panade. La pâte doit être lisse.
  5. La pâte à choux est prête à l’emploi. Elle doit-être utilisée immédiatement. Plusieurs possibilités s’offrent à vous: soit vous formez des petits choux avec la pâte obtenue que vous cuisez à 180°C pendant 25-30 minutes après les avoir enduits d’un mélange jaune d’oeuf-lait, puis les farcissez ou non. Soit vous suivez la fin de ma recette pour confectionner ce qu’on appelle des gougères.
  6. Ajouter le fromage et un peu de poivre du moulin.
  7. Dresser sur une plaque à pâtisserie munie de papier sulfurisé et à l’aide de 2 cuillères (ou comme moi l’index et 1 cuillère ;-)) des boules de pâte un peu plus petite qu’une balle de golf. Les enduire d’un mélange jaune d’oeuf-lait. Les cuire dans un four préchauffé à 180°C jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée et que les choux sonnent creux. Environ 25-30 minutes.
  8. Si vous faites simplement des gougères, le must est de les servir tièdes. Si vous souhaitez farcir les choux, laissez-les refroidir d’abord. Vous pouvez également les congeler pour une utilisation ultérieure.

Autres idées pour farcir / garnir vos choux: fromage aux fines herbes, saumon fumé et fromage frais, mousse de thon, rillette de truite fumée, fromage frais et pousses d’oignon, etc…




Moelleux au citron


Les gâteaux, ça n’a jamais été vraiment mon dada. Mais depuis que je suis maman, les choses ont évolué… Non seulement j’ai du plaisir à préparer de temps en temps de bons goûters maison, mais surtout je dois avouer avoir même du plaisir à les déguster! Dans cette catégorie, le moelleux au citron est devenu un de mes favoris. C’est un gâteau certes très simple mais j’adore son petit côté bien acidulé et son moelleux tout doux… Vous m’en direz des nouvelles.

Recette pour un moule à manqué* de 24 cm de diamètreMoelleux au citron

 Ingrédients

  • 4 œufs
  • 130 g de sucre
  • 100 de beurre fondu
  • 120 g de farine
  • 1cc bombée de poudre à lever (levure chimique)
  • 2 citrons bio

Sirop

  • 70 de sucre
  • 70ml d’eau
  • jus des 2 citrons

Marche à suivre

  1. Préchauffer le four à 180°.
  2. Séparer les jaunes des blancs d’œufs. Battre les blancs en neige avec une pincée de sel, réserver.
  3. Battre les jaunes d’œufs avec le sucre. Ajouter le beurre ramolli/fondu puis battre à nouveau.
  4. Prélever le zeste des 2 citrons.
  5. Ajouter la farine, la poudre à lever et le zeste au mélange ‘’jaunes, sucre, beurre’’ et battre énergiquement le tout.
  6. Incorporer délicatement les blancs en neige à la pâte en veillant à garder une préparation bien aérée.
  7. Verser la préparation dans un moule à manqué beurré.
  8. Enfourner 22 à 25 min au milieu du four préchauffé.
  9. Préparer le sirop : dans une casserole, porter à ébullition l’eau, le sucre et le jus des 2 citrons. Laisser réduire à petit bouillon pendant env. 5min.
  10. Démouler le gâteau encore chaud/tiède. Piquer le dessus du gâteau avec un cure-dent. Verser progressivement le sirop sur le gâteau en vous aidant d’un pinceau pour bien répartir le sirop.

Servir dans les 2 jours mais c’est encore tiède qu’il est le meilleur ! Conserver dans du papier film.

* Un moule à charnière c’est le top si vous avez ça dans vos placards!

 Astuces

Comment incorporer les blancs en neige à la préparation sans faire retomber les œufs : commencer par incorporer ¼ des blancs et bien mélanger sans se soucier de faire retomber les œufs, la pâte va ainsi se ‘’détendre’’. Puis, verser cette préparation sur les blancs restants et mélanger délicatement de haut en bas (et non en tournant/ fouettant) à l’aide d’une maryse tout en faisant tourner le saladier. Si besoin, bonne explication vidéo ici.

Vous pouvez réaliser une variante de ce gâteau en remplaçant les citrons par 2 oranges.