Campanelle sauce crémeuse au kale, saucisse et tomates séchées… ou quand je m’amuse à rendre ce chou magique gourmand !


Récemment, nous avons demandé à nos abonnés facebook de nous inspirer en nous donnant le nom d’un ingrédient qui nous permettrait peut-être de créer une prochaine recette. Une lectrice a alors proposé le ,,kale chouchou des healthy eaters et un peu dur à mâchouiller’’.

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, le kale est une ancienne variété de chou non pommé qui a littéralement rendu fou les healthy eaters américains. Jamais dans l’histoire de la gastronomie anglo-saxonne, un légume n’avait fait autant parler de lui… Pourquoi cet engouement pour un légume qui à première vue ne donne pas vraiment envie? 100g de kale comble la dose quotidienne recommandée en vitamine A et vitamine C et procure 8 à 9 fois la dose recommandée en vitamine K ! Mais aussi, par calorie, il est plus riche en calcium que le lait et plus riche en fer que le bœuf ! Plusieurs études ont par ailleurs relevé que le kale possède des composés qui permettrait de combattre diverses formes de cancer. Et je m’arrête là, mais la liste de ses bienfaits est encore longue. Ajouter à cela que ce chou rustique aime le froid et le gel, ce qui en fait un excellent légume à consommer en hiver. Difficile de faire mieux ! Vous comprendrez facilement pourquoi on l’appelle volontiers un super-aliment.

 Le problème avec ce genre d’aliments super sains, c’est que si on ne sait pas comment les apprêter pour que ce soit bon (et au final dans mon assiette je veux avant tout que ce soit bon!), on finit par les cuisiner 2-3 fois par curiosité et puis, un peu déçu par le résultat, on finit par les bouder sur les étals.

 En lisant le commentaire, j’ai aussitôt voulu relever le défi et me suis mise à réfléchir à une nouvelle recette à base de kale, une recette gourmande dans laquelle il serait mis en valeur. De fil en aiguille, je me suis décidée pour un plat de pâtes bien réconfortant, avec une sauce crémeuse grâce à laquelle le kale deviendrait tout tendre. Pour contrebalancer son côté un peu trop sain, j’ai choisi d’utiliser de la bonne saucisse artisanale comme base de la sauce, et des tomates séchées qui apportent une légère touche acidulée très agréable. Et honnêtement, ce fut une grande réussite ! On a beaucoup aimé cette sauce très cocooning et le kale – hivernal, tendre et savoureux- y est résolument gourmand. Ouf, défi relevé ! Le prochain : vous le faire aimer en salade !

Recette pour 4 personnes

Campanelle sauce crémeuse au chou kale, saucisse et tomates séchées, les ingrédients

Ingrédients

Ingrédients

 Marche à suivre

  1. Préparer le kale : séparer les feuilles des tiges en tenant la tige d’une main et en arrachant les feuilles de l’autre main. Débarrasser les tiges. Couper grossièrement les feuilles. Laver ensuite les feuilles dans 2 bassins d’eau successifs, comme vous le feriez pour une salade. Essorer à l’aide d’une essoreuse à salade.
  2. Hacher l’oignon et l’ail. Dans une poêle à haut rebord, faire chauffer une cuillérée d’huile d’olive et faire revenir l’oignon et l’ail 2-3 min à feu moyen.
  3. Entailler la peau des saucisses et en extraire la chair. Hacher la chair grossièrement puis transférer la viande dans la poêle. Augmenter le feu et saisir la viande quelques minutes jusqu’à qu’elle soit légèrement dorée. Si besoin, séparer les gros morceaux de saucisse avec une spatule.
  4. Verser le vin blanc et le bouillon de légumes et décoller les sucs de cuisson. Ajouter le kale en 2-3 étapes en mélangeant bien pour que les feuilles retombent. Laisser mijoter à feu moyen pendant une dizaine de minutes.
  5. Hacher grossièrement les tomates séchées. Dans un bol, mélanger énergiquement la crème et la maïzena. Lorsque le liquide de la poêle a réduit de moitié, ajouter les tomates ainsi que le mélange de crème et fécule. Saler, bien poivrer et saupoudrer de paprika. Laisser le tout mijoter encore quelques minutes en mélangeant régulièrement jusqu’à ce que la sauce prenne. Goûter et rectifier l’assaisonnement si besoin.
  6. Servir sur des pâtes al-dente et proposer un peu de parmesan fraîchement râpé à côté.

Kale préparé

Feuilles de kale

Campanelle sauce crémeuse au chou kale, saucisse et tomates séchées

Pâtes sauce crémeuse au kale, saucisse, tomates séchées




Gratin onctueux de pâtes au brocoli et aux lardons


Avec cette recette, je m’adresse avant tout aux parents ! Oui, c’est un plat tout bête, mais peu importe, la recette mérite d’être publiée ici car ce plat permet d’atteindre deux objectifs considérables quand on est un super-papa ou une super-maman: le premier avantage est que le brocoli, qui n’est pas forcément le légume préféré des enfants, passe tout à fait inaperçu dans ce gratin. Je dirais même qu’il devient tout à coup très intéressant pour les gourmands car il apporte une touche onctueuse très agréable… Pour vous dire, ce gratin que j’ai déjà fait plusieurs fois, nous a même valu la paix entre ,,Monsieur brocoli » et ,,Monsieur j’ai deux ans » ! Autre avantage précieux: il entre parfaitement dans la catégorie des plats complets qu’on peut préparer à l’avance. Et ni vu ni connu, même si on rentre tard, on n’a plus qu’à le glisser au four et on passe pour le roi/la reine de l’organisation. Par ailleurs, pour me simplifier la vie, je prépare directement la quantité prévue pour cinq adultes, ce qui me permet d’avoir deux repas de prêts, yesssss ! Et soit dit en passant, même les grands y trouvent leur compte, on n’a rien contre un petit plat régressif de temps en temps. Simple mais super bon!

Recette pour 5 personnes

Gratin onctueux de pâtes au brocoli et au lard

Gratin doré à souhait… Miam!

Ingrédients

Marche à suivre

  1. Préchauffer le four à 220°.
  2. Découper les brocolis en petits bouquets puis les cuire à la vapeur 9 à 12 min selon tendreté* souhaitée. (Conserver les côtes pour une soupe p.ex.)
  3. Cuire les pâtes al dente, égoutter, réserver.
  4. Dans un bol, mélanger énergiquement tous les ingrédients de la sauce (crème, lait, maïzena, sel, poivre, épices) à l’aide d’un fouet.
  5. Dans une grande poêle, faire revenir les lardons / le jambon découpé en dés. Quand les lardons sont dorés, éponger une partie du gras avec du papier absorbant, ajouter les bouquets de brocoli, saler légèrement, poivrer et bien mélanger, retirer du feu.
  6. Dans la même poêle**, ajouter les pâtes, la sauce et la moitié du fromage râpé et mélanger le tout.
  7. Verser dans un plat à gratin, répartir l’autre moitié de fromage par-dessus et enfourner pour env. 15 min de cuisson ou jusqu’à ce que le gratin soit bien doré.

* Si vous voulez obtenir l’effet ,,brocoli se défait en partie et apporte touche onctueuse’’ compter env. 12min.

** Si la poêle est trop petite, mélanger dans la casserole qui a servi à la cuisson des pâtes. Mais attention de ne pas louper cette étape, il est important de bien pouvoir mélanger tous les ingrédients avant de verser le tout dans le plat à gratin.

Gratin onctueux de pâtes au brocoli et lardons

Gratin avant cuisson




Poêlée de pâtisson ou comment apprêter ce drôle de légume


Le pâtisson, c’est un peu comme les choux de Bruxelles. C’est joli sur les étals ou au milieu de sa déco automnale mais soyons honnêtes, ce n’est pas très courant et cela a une drôle de forme! Du coup on ne sait pas trop comment l’apprêter et une fois cuit, le résultat n’est à priori franchement pas très sexy. Raison pour laquelle je vous épargne cette fois-ci la fameuse photo de mon plat cuisiné… Un joli pâtisson trônant sur mon plan de travail fait tout à fait l’affaire :-)

Pâtisson

Et pourtant, souvenez-vous de l’incroyable recette que nous avons publiée sur Si Bon qui rendait aux choux de Bruxelles leur lettre de noblesse! Donc, ce soir, je prends le pari de vous donner non seulement envie d’acheter un beau pâtisson lors de votre prochain marché mais surtout de vous le faire cuisiner et l’aimer! J’ai déjà réussi avec mes 3 hommes, donc pourquoi pas vous! Vous verrez, son goût délicat légèrement sucré oscille entre courgette et artichaut, c’est un pur délice!

Recette pour 4 personnes

Ingrédients

Marche à suivre

  1. Couper le sommet du pâtisson, enlever les graines puis l’éplucher (si il est jeune et que la peau est fine et tendre, vous pouvez passer cette 3ème étape). Le détailler en petits cubes d’environ 2 cm.
  2. Émincer finement l’oignon et le faire dorer dans une poêle avec 1 cs d’huile d’olive. Ajouter la viande et faire rissoler le tout sur feu moyen environ 5 minutes. Déglacer avec le vin blanc.
  3. Pendant ce temps, nettoyer les champignons à l’aide d’une petite brosse et les couper en lamelles de 0.5 cm d’épaisseur.
  4. Quand la viande est bien cuite, ajouter les dés de pâtisson. Laisser mijoter à feu doux et mélanger de temps à autre. Au bout de 5 minutes, verser les champignons. Après une dizaine de minutes, mouiller avec la sauce à rôti, laisser le liquide s’évaporer quelque peu et lier avec la crème.
  5. Servir le mélange agrémenté de quelques pointes de persil et de riz basmati.



BBQ pulled pork sandwich et sa coleslaw multicolore


Attention la lecture de ce post est interdite à toute personne suivant un régime sous peine d’abandon immédiat ou de sévère coup de déprime !!!

Vous autres, avez-vous déjà eu la chance de goûter à du porc effiloché (pulled pork) une fois dans votre vie ? Je vous l’accorde, le terme ‘’porc effiloché’ n’est pas très attirant mais bon sang ce que c’est bon ! J’en ai mangé à plusieurs reprises depuis que je suis aux USA mais je me suis lancée dans la préparation d’un pulled pork maison pour la première fois le week-end dernier. Il faut dire que la visite de Lil et de son clan carnivore constituait une occasion en or pour tester cet impressionnant morceau de bidoche en bonne compagnie. Imaginez une belle pièce de viande qu’on enduit d’une marinade bien relevée, puis qu’on laisse cuire pendant des heures à feu très doux afin que le persillage de la viande fonde tout tranquillement et parfume la chair… Lorsque la pièce de viande est cuite, on passe par la case certainement la plus jouissive : on effiloche la viande avec deux fourchettes tout en goûtant bien évidemment au résultat obtenu après cette longue attente ! En suçant nos doigts enduits de gras savoureux, on se dit que notre patience a été récompensée car on obtient une viande confite, moelleuse et parfumée à souhait. Mais il faut réaliser une dernière étape avant de pouvoir savourer The Sandwich de la mort qui tue : on doit encore mélanger la viande effilochée à de la sauce barbecue… un peu, pas trop, juste ce qu’il faut. On glisse alors une bonne quantité de pulled pork dans un pain brioché, on ajoute un peu de salade coleslaw et on peut attaquer. Extase gustative garantie !

Pour me guider dans cette première réalisation, j’ai suivi de près la recette du BBQ Pulled Pork sandwich de mon nouveau livre chéri Date Night In. Si vous cherchez une idée sympa et originale pour votre prochaine fête, n’hésitez plus et lancez-vous dans le pulled pork. Une bonne coleslaw, des jolis petits pains et hop le tour est joué ! Malgré la durée de cuisson qui peut faire peur, la recette en soi est super simple à réaliser et l’effort (qui consiste concrètement à effilocher la viande) est de très courte durée.

Sandwich au porc effiloché

Recette pour 6 à 8 personnes

Porc effiloché

Sandwichs

Marche à suivre

Pour le porc effiloché

  1. Dans un bol, verser l’ail pressé, le poivre de cayenne, les 2 sortes de paprika, le sel, le sucre brun, le cumin et la moutarde et bien mélanger. Verser la préparation sur le rôti d’épaule et bien en enduire la viande en la massant avec vos doigts. (NB : Possibilité de réaliser cette première étape la veille ou le matin, tant mieux si la viande marine pendant plusieurs heures).
  2. Préchauffer le four à 150°.
  3. Déposer la pièce de viande dans une cocotte en fonte*, verser l’eau autour du porc, s’assurer que la cocotte soit bien fermée et enfourner pour 5h à 6h ou jusqu’à ce que la viande se détache facilement. A mi-cuisson, arroser la viande avec le liquide de cuisson et contrôler qu’il y en ait encore assez, ajouter une louchée d’eau si besoin. (*A défaut d’une cocotte, vous pouvez utiliser une simple lèchefrite mais il faudra couvrir la viande avec du papier d’aluminium en veillant à sceller le tout de façon hermétique.)
  4. Sortir l’épaule de porc et la déposer sur une grosse planche, la couvrir de papier d’alu et la laisser reposer env. 10min. Pendant ce temps, verser la sauce barbecue dans la cocotte et décoller les sucs de cuisson à l’aide d’une spatule en bois, bien mélanger.
  5. Effilocher la viande à l’aide de 2 fourchettes et enlever, si besoin, les morceaux de gras. Remettre la viande effilochée dans la cocotte, bien mélanger avec la sauce.

Pour les sandwichs

  1. Découper vos petits pains, les beurrer et les faire dorer brièvement au four grâce au mode grill.
  2. Les garnir généreusement de porc effiloché et d’un peu de coleslaw. Servir aussitôt et mettre à disposition des gourmands un extra de sauce barbecue dans un bol sur la table.

 

Sauce barbecue

Impossible de me souvenir si on trouve de la bonne sauce barbecue en Suisse ou en France. Ici, j’en trouve de l’artisanale qui nous convient très bien donc je ne l’ai pas fait moi-même mais voici la recette présentée dans le même livre si vous n’en trouvez pas de la bonne par chez vous ou que vous voulez vous lancer dans du 100% fait maison.

Ingrédients pour 250ml environ

Marche à suivre

  1. Dans une casserole de taille moyenne, mélanger tous les ingrédients de la sauce et laisser porter à ébullition. Réduire le feu aussitôt et laisser mijoter/réduire pendant 10min env. en mélangeant de temps à autre. Versée dans un récipient propre, la sauce se garde plusieurs jours au frigo.

 

Salade coleslaw multicolore façon Jamie Oliver

Pour équilibrer le sandwich, la salade crémeuse de coleslaw est indispensable. Elle apporte croquant et fraîcheur. Nous avons adoré la variante au yaourt de Jamie, bien plus légère que celle à la mayo. La voici :

Ingrédients

Marche à suivre

  1. Eplucher les carottes et la demi-boule de céleri, bien laver les radis. Puis, râper les carottes, le céleri et les radis avec une râpe côté trous moyens/gros (attention pas trop finement, il faut que les légumes gardent du croquant).
  2. Ôter la base du fenouil et le haut des branches et le couper en 2 dans la longueur. Supprimer les premières feuilles extérieures du chou, couper la demi-boule en 2 quartiers et enlever le cœur dur central. Puis, à l’aide d’un couteau bien tranchant, découper les quartiers de chou et le fenouil en très fines lamelles.
  3. Hacher finement l’échalote ainsi que les herbes fraîches. Mélanger tous les légumes ainsi que l’échalote et les herbes dans un saladier.
  4. Dans un bol séparé, mélanger le jus de citron, l’huile d’olive, le yaourt, la mayonnaise et la moutarde. Assaisonner généreusement de sel et de poivre. Verser sur les légumes, mélanger jusqu’à ce que tous les légumes soient bien imprégnés de sauce, couvrir et laisser reposer au frais pendant au moins 1h.

NB: la variante classique comporte uniquement du chou et des carottes. Nous avons été séduits par la variante plus complexe qui contient aussi du fenouil, des radis et du céleri, mais libre à vous de choisir les légumes que vous mettez.

 

Où manger un super bon pulled pork à New York ?

Fette Sau BBQ, 354 Metropolitan Ave, Brooklyn, NY 11211, http://www.fettesaubbq.com/

Mayhem & Stout, 711 2nd Ave, New York, NY 10016, http://www.mayhemandstoutnyc.com/




Les boulettes maison… de la coloc à la table familiale


Voilà un plat qui me renvoie directement à la période coloc de mon homme, cette colocation d’étudiants pas tout à fait comme les autres, des joyeux lurons amateurs d’aïkido et de bons produits, qui étaient (déjà) des cuisiniers hors pair… Voici à quoi ressemblait un repas du soir habituel : une tablée de bons potes, des pommes de terre rôties à l’ail et au romarin, une poêlée de légumes de saison à vous faire aimer tous les légumes même les plus incongrus et des boulettes de viande faites maison… légèrement caramélisées et goûteuses. Chaque repas était une fête ! Le seul hic c’était le moment vaisselle, qui n’était décidément pas leur truc, mais je ne vais pas m’attarder sur ce point, de toute façon il y a prescription !

Les années ont passé, la collocation n’est plus, mais on perpétue la tradition des bonnes boulettes maison avec mon homme. Avec le temps, on est même devenu plutôt calés en la matière et il est grand temps que je partage avec vous notre variante préférée. Elle est très proche des polpette italiennes mais nous faisons l’impasse sur la sauce tomate en lui préférant un déglaçage au vin blanc qui vient aromatiser agréablement le tout. Franchement, on les adore à la maison… tendres et tellement parfumées ! Essayez et dites-moi ce que vous en pensez ! Certes, cela représente un peu de travail mais vous pouvez tout à fait préparer les boulettes la veille, couvrir de film alimentaire et les cuire le lendemain. 

Recette pour 4 personnes (env. 25 boulettes )

IngrédientsLes boulettes maison... de la coloc à la table familiale

Marche à suivre

  1. Peler la carotte et le céleri, les découper en fins bâtonnets puis découper en très petits dés.
  2. Hacher finement l’oignon. Supprimer l’extrémité des tiges de persil, puis hacher finement le reste des tiges et les feuilles.
  3. Dans une grande poêle, faire chauffer 1 cs d’huile d’olive puis ajouter les dés de carottes, de céleri, l’oignon et le persil. Faire cuire à feu moyen-doux pendant env. 12-15 min. Laisser refroidir.
  4. Dans un saladier, mélanger la viande, la chapelure, le parmesan, le lait, l’ail pressé, l’œuf, saler, poivrer généreusement puis mélanger énergiquement à la fourchette. Ajouter la brunoise de légumes, mélanger encore.
  5. Dans une assiette creuse, verser un peu de chapelure et de farine et mélanger. Prélever un peu de mixture à l’aide d’une cuillère à café généreusement garnie puis former des boulettes de la taille d’une grosse noix en les roulant fermement entre vos mains. Rouler les boulettes obtenues dans la farine, enlever l’excédent puis déposer sur un plat sans les faire se toucher.
  6. Dans la même poêle qu’utilisée pour les légumes, faire chauffer 1à 2 cs d’huile d’olive et bien la répartir avec un pinceau. Y faire dorer les boulettes à feu moyen-vif sur toutes leurs faces en les faisant rouler à l’aide d’une fourchette et d’une cuillère. Cela va prendre 10-12 min.
  7. Déplacer les boulettes dans les bords de la poêle, verser le vin blanc et décoller les sucs de cuisson à l’aide d’une spatule, saler, poivrer et mélanger puis répartir les boulettes dans toute la poêle. Laisser mijoter à feu doux pendant une dizaine de minutes en retournant souvent les boulettes, jusqu’à ce que la sauce prenne une belle consistance. Si besoin, ajouter un filet d’eau.
  8. A la toute fin, ajouter une noix de beurre, mélanger et éteindre le feu. Servir les boulettes napées de leur sauce.

Délicieux avec des bonnes pâtes à l’huile d’olive ou de la purée de pommes de terre maison et des légumes verts sautés à l’huile d’olive et à l’ail (p. ex cima di rapa/broccoletti, épinards – non non, je n’ai pas envie de printemps !)